Violence scolaire

Le MR prend connaissance avec intérêt de la nouvelle mesure de la Ministre de l’Education Marie-Dominique Simonet (cdH) qui consiste en la mise en place d’un numéro vert pour les parents. Si le MR se réjouit que le parent désemparé y trouve une oreille attentive, il reste convaincu que ce numéro vert, à lui seul, ne résoudra en rien la problématique de la violence à l’école.

« Remettons sur les rails le dispositif antiviolence d’Hazette ! En 2004, l’ancienne Ministre socialiste Marie Aréna avait purement et simplement abrogé le dispositif de lutte contre la violence scolaire et de réinsertion de l’élève violent imaginé par son prédécesseur, mais sans rien proposer à la place. Abandonnées également les enquêtes menées sur le phénomène. Les chiffres aujourd’hui publiés dans La Capitale sont pourtant inquiétants et un numéro vert ne résoudra rien de façon concrète », souligne Françoise BERTIEAUX, Chef de Groupe MR au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le MR souhaite que le Gouvernement réactionne le dispositif antiviolence dont les différentes mesures agissaient à la fois en termes de prévention, de sanction et de recadrage des jeunes.

« Bien souvent la violence mène à l’exclusion. Aujourd’hui, on compte ainsi 3.000 élèves exclus chaque année en Communauté française. Mais sans réel dispositif antiviolence, on ne fait qu’exporter le problème d’une école à l’autre et ce, tant que l’élève est en âge d’obligation scolaire et sans jamais le sortir de cette spirale », déplore Françoise BERTIEAUX.