Etudes de médecine

Aujourd’hui, les Députés MR Jacques Brotchi, Françoise Bertieaux et Olivier Maroy ont déposé une proposition de décret instaurant un examen d’entrée en médecine et en sciences dentaires. 

 « Nous avions déposé une proposition semblable sous la précédente législature – rejetée d’un revers de la main par le gouvernement PS-cdH-Ecolo d’alors -, mais, avec son nouveau refus irresponsable et idéologique, le Ministre de l’Enseignement supérieur Jean-Claude Marcourt (PS) va envoyer des centaines d’étudiants qui auront réussi leurs études droit dans le mur ! S’il faut mettre en place un mécanisme pour « sauver » ceux qui réussissent actuellement leur cursus, il est impératif de prévoir l’avenir et d’instaurer comme en Flandre un examen d’entrée », explique Françoise BERTIEAUX, Chef de Groupe MR au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. 

 Le MR souhaite dès lors instaurer un examen d’entrée des études de médecine et de médecine dentaire qui vérifie si le jeune sorti du secondaire a les connaissances scientifiques suffisantes, mais pas seulement : cet examen inclura également un important aspect comportemental et de maturité. Une année de remise à niveau devra être suivie par tout étudiant ayant échoué à l’examen d’entrée et désirant s’inscrire dans ces filières. 

« Au niveau fédéral – dont dépendent les numéros Inami -, la Ministre de la Santé s’est engagée à présenter un cadastre de l’activité médicale, indispensable pour organiser enfin une planification fiable des professions de la santé. Ce cadastre permettra sans doute de dégager des numéros Inami supplémentaires, mais jamais en suffisance pour accueillir cet afflux massif d’étudiants ; ce qui pose clairement un problème quant à la qualité de la formation de nos futurs médecins. Une médecine de qualité s’apprend au lit du malade, dans le concret, pas uniquement sur les bancs de l’université. La vraie médecine, humaine, basée sur l’écoute et l’examen du malade, ne s’apprend pas dans les livres. Elle demande un enseignement pratique dispensé par des maîtres de stage compétents. Se borner à augmenter le nombre de numéros Inami ne signifie pas pour autant une augmentation de places de stage pour ces étudiants ! », insiste le député Jacques Brotchi. 

Téléchargez ICI le texte de la proposition de décret dans son intégralité.