Inscriptions

Le Groupe MR prend connaissance de l’initiative de 6 communes bruxelloises qui « se sont accordées sur une procédure commune d’inscription et surtout sur l’utilisation d’un logiciel commun » dans leurs écoles communales maternelles et primaires.

Si au sein du MR, on est conscient de la nécessité d’objectiver les inscriptions scolaires comme c’est déjà le cas pour les écoles flamandes de Bruxelles qui utilisent un logiciel permettant aux parents de voir à tout moment les places restantes et respectant leur liberté de choix ; dans le cas présent, les parents vont plutôt devoir faire face à une centralisation qui débouche en réalité sur une forme de régularisation. Ce processus ressemble fort au décret Inscriptions mis en place dans le secondaire puisque l’opérateur pourra proposer les écoles disposant encore de places lorsque le premier choix des parents n’aura pu être rencontré.

« Si la priorité « fratrie » suit une logique et répond souvent aux volontés des parents, la priorité réservée aux habitants de la commune est, elle, parfaitement illégale ! C’est en effet contraire au pacte scolaire et au droit européen. En outre, ce processus d’inscriptions - imaginé par 6 bourgmestres socialistes - n’est inscrit dans aucune loi, aucun décret, sans aucune garantie de protection de la vie privée des parents… donc, en cas d’injustice réelle ou ressentie, les parents n’auront aucun moyen de recours possible », dénonce Françoise BERTIEAUX, Chef de Groupe MR au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Pour le MR, cette union communale autour des inscriptions dans le maternel et le primaire est tout simplement une fausse bonne idée.